Plusieurs cas de Covid-19 après un rassemblement religieux en Normandie

La retraite spirituelle avait lieu dans l’Orne fin octobre, au sanctuaire de Montligeon. Plusieurs cas de Covid ont été détectés parmi les 190 participants, qui sont repartis chez eux, dans le Grand Ouest, expliquait Ouest France dans son édition du mardi 17 novembre. Ce rassemblement organisé par la communauté de l’Emmanuel a eu lieu très exactement du 22 au 25 octobre. Les participants sont ensuite rentrés chez eux à Brest, Angers ou encore Nantes.

À l’heure où les catholiques réclament publiquement le retour de la messe, comme c’était encore le cas dimanche dernier à Nantes lors d’un rassemblement place Graslin, ces révélations portent à réflexion.

Le 28 octobre en effet, plusieurs cas positifs au Covid-19 ont été reportés. Parmi eux, un couple de Nantais témoigne. Après avoir fait un détour chez des proches dans la Manche, ils ont contaminé là-bas quatre membres de sa famille sans le savoir. L’un d’eux serait décédé depuis selon Ouest France. La communauté a prévenu l’ensemble des participants deux jours plus tard, ainsi que le sanctuaire où le rassemblement avait lieu.

L’Agence régionale de santé n’a pas été alertée de la situation et la CPAM qui gère le traçage des cas Covid-19 non plus.

Un rassemblement illégal ?

Je ne comprends pas pourquoi les organisateurs ne se sont pas manifestés auprès de nous, a déclaré Mathieu Frécaut, directeur de la CPAM de l’Orne à “Ouest-France”. Le tracing est tributaire de ce que les gens veulent bien nous dire.

Nous avons respecté scrupuleusement le protocole sanitaire édicté par la préfecture, a indiqué toujours à Ouest France Louis-Etienne de La Barthe, responsable communication de ce mouvement. Nous avons même demandé à 20 cas contacts de ne pas venir. Et d’autres, qui ont appris pendant cette retraite qu’ils étaient cas contacts, ont été priés de partir. On ne rigole pas avec le Covid… » Il ajoute : « Jusqu’à 1 500 personnes, il n’y avait pas à avoir d’autorisation préfectorale.

Pour la préfecture de l’Orne, tout rassemblement de plus de dix personnes sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public devait faire l’objet d’une déclaration préalable. Aucun rassemblement se déroulant à La Chapelle-Montligeon entre le 22 et le 25 octobre n’a été déclaré en préfecture

Source : ouest-france.fr/pays-de-la-loire

    Leave Your Comment