Bientôt un accord entre l’UE et Valneva sur un vaccin anti-covid

Enfin un vaccin bleu blanc rouge homologué par l’Union européenne ?

Le laboratoire franco-autrichien Valneva travaille sur son sérum contre le Covid-19; actuellement en étude clinique de phase 3, la dernière étape avant une demande de mise sur le marché; que la biotech envisage de soumettre à l’automne si les résultats sont positifs. 

Mais déjà, plusieurs Etats membres de l’UE souhaitent que le bloc passe commande auprès de Valneva; malgré l’échec des négociations entre le laboratoire et l’exécutif européen, selon l’agence Reuters. La raison de cet échec; la société française de biotechnologie n’a pas rempli les conditions concernant la fourniture de doses de son vaccin; selon le porte-parole de la Commission cité par l’agence. 

« Il y a une dizaine de pays intéressés par un accord avec Valneva. Le contrat est écrit, mais les deux parties doivent encore se mettre d’accord sur quelques paramètres structurants. Une fois cela réglé, la situation pourrait avancer rapidement », soutient une source proche des projets du l’UE. Parmi ces pays, la France et l’Allemagne.  

En janvier, l’UE avait annoncé avoir bouclé des discussions préliminaires avec la biotech; pour la fourniture d’un maximum de 60 millions de doses de son candidat-vaccin, dont 30 millions en option. 

Un accord avec le Royaume-Uni

PUBLICITÉ

D’après l’une des sources de l’agence de presse; Berlin souhaite que Valneva s’engage à ne pas accorder la priorité à la Grande-Bretagne dans ses livraisons. 

Car la PME nantaise a déjà signé un accord avec le Royaume-Uni. « Nous avons entamé très tôt les discussions avec les autorités françaises; mais le gouvernement britannique a été le premier à nous faire une proposition complète »; racontait l’été dernier à L’Express Franck Grimaud, le co-fondateur et directeur général de l’entreprise; qui compte 500 salariés pour un chiffre d’affaires de 130 millions d’euros l’an dernier.  

L’accord porte sur un maximum de 190 millions de doses; d’ici 2025 dans le cadre d’une opération évaluée à 1,4 milliard d’euros. Le vaccin de la biotech française, qui utilisera un adjuvant fabriqué par la société américaine Dynavax; sera produit en Ecosse, pour un volume estimé à 200 millions de doses l’an prochain, précise Reuters. 

Une technologie traditionnelle

Franck Grimaud se montre confiant dans son projet, qui repose sur une technologie traditionnelle; l’immunisation par l’injection du virus inactivé et d’un adjuvant. « C’est la technique que nous avons employée pour le premier vaccin; que nous avons mis sur le marché, contre l’encéphalite japonaise.

Nous la maîtrisons parfaitement », expliquait-il à L’Express.  Sur le même sujet « Notre programme est quasiment identique à celui de Sinovac », soutient Franck Grimaud; en référence au vaccin chinois, actuellement distribué dans au moins 21 pays. Le patron de Valneva espère des résultats au moins similaires.

Source : lexpress.fr/actualite/societe/sante/

    Leave Your Comment