Profiter de son Compte personnel de formation

Les salariés peuvent utiliser leurs heures de formation pour perfectionner une langue et développer une nouvelle compétence et changer de métier

C’est le ministère du Travail qui le dit : encore trop peu de salariés ont recours à la formation professionnelle en cours de carrière. Son service de statistiques, la Dares, a publié une étude sur le compte personnel de formation (CPF) mis en place en 2015. Entre cette date et 2018, ce sont 900 000 formations qui ont été suivies par les salariés du privé, dont 383 000 rien qu’en 2018.

Mais le ministère pointe surtout qu’ils sont encore peu nombre à profiter de ces droits accumulés tous les ans : en effet, 1,7% seulement des salariés du privé ont utilisé des heures ou des euros disponibles sur leur compte personnel de formation en 2018. Ces salariés étaient principalement des employés (37,2%) et des ingénieurs/cadres (29,5%). Les ouvriers qualifiés représentent la catégorie socioprofessionnelle qui en a le moins profité : 6,6% contre 9,5% pour les ouvriers non qualifiés. S’il fallait dresser le portrait-robot de la personne type demandant une formation avec son CPF, il s’agit d’un homme, qui a entre 25 et 44 ans, et qui est déjà diplômé.

Des financements complémentaires possibles

Trois domaines de formation ont les faveurs des salariés. En effet, les formations sont principalement liées à l’apprentissage d’une langue vivante, pour préparer des tests de langues comme le TOEIC en anglais par exemple. L’informatique, le traitement de l’information et les réseaux de transmission sont un autre champ plébiscité par les salariés. Enfin les transports, la manutention et le magasinage est le troisième thème de formation le plus demandé.

Si la plupart (6 sur 10) des formations sont financées grâce aux heures disponibles sur le compte, les salariés peuvent demander des financements complémentaires. Dans 55,1% des cas des financements complémentaires en 2018, c’est un Organisme paritaire collecteur agréé (Opca) qui a mis la main à la poche, comme l’Afdas (Assurance formation des activités du spectacle) dans le secteur de la culture et des médias ou le Fafsea (Fond national assurance formation des salariés des exploitations et entreprises agricoles) pour les entreprises agricoles. Il existe 21 Opca selon les branches professionnelles.

Le gouvernement a tenté en novembre dernier de relancer la formation professionnelle en lançant une application mobile Moncompteformation pour en faciliter l’accès.

Source : mieuxvivre-votreargent.fr