Formation : la mue digitale du compte personnel de formation

Depuis le 21 novembre, chaque actif peut accéder à son compte personnel de formation (CPF) via son smartphone. Alors qu’il fallait passer auparavant par un ordinateur, il suffit à présent de télécharger l’appli « Mon Compte formation ».

Depuis le 1er janvier 2019, les droits à la formation ne sont, en outre, plus calculés en heures mais en euros. De fait, les salariés peuvent désormais consulter leur solde, chercher une formation, la réserver et la payer directement via leur appli.

Plus besoin d’intermédiaires. « Le nouveau cadre créé par la réforme pour ce dispositif vise à autonomiser l’utilisateur quant au choix de sa formation », observe Élisabeth Bauby, directrice adjointe des affaires sociales de la FFA.

500 € La somme versée chaque année sur le CPF de tout salarié à partir de 2020

L’enveloppe financière

La somme disponible sur le CPF repose sur les droits acquis lors des précédentes années par chaque salarié.

Dorénavant, les heures acquises au titre du Droit individuel à la formation (DIF) avant 2015 et celles cumulées sur le CPF depuis cette date sont converties en euros, sur la base de 15 € par heure.

A partir de 2020, « au titre des droits acquis en 2019, les comptes seront alimentés de 500 € par an pour toute activité », peut-on lire sur le site du CPF créé par le gouvernement.

Pour autant, la somme consacrée au CPF ne peut dépasser 5 000 €, ce plafond étant relevé à 8 000 € pour les personnes peu ou pas qualifiées ou en situation de handicap. « Les montants maximaux de crédit ne sont pas si élevés.

Le recours à ce seul dispositif ne permettra pas de financer certaines formations certifiantes de haut niveau », s’inquiète Élisabeth Bauby.

Frédérique Bouvier, directrice de la formation, du recrutement et du management des talents d’Axa France
« Aussi facile que d’acheter sur Internet »

“Si les pouvoirs publics ont décidé de transférer les heures de formation inscrites dans le CPF en euros, c’est pour donner une impulsion à ce dispositif qui n’a pas rencontré jusqu’à présent le succès espéré.

Désormais, avoir accès à une formation sera aussi facile que d’acheter sur Internet !

Pour autant, la question de la politique d’abondement des CPF sera une question charnière de la réussite ou non de cet outil.

Car un collaborateur qui décidait d’engager son CPF était mieux accompagné financièrement avant que maintenant. Dans ce sens, nous allons devoir rentrer dans des logiques de coconstructions avec nos salariés. ”

Des Coups de pouce

Des abondements sont envisageables au-delà des plafonds fixés pour les CPF.

Pour bénéficier de ces droits complémentaires, le salarié ne peut plus faire appel aux Opérateurs de compétences (Opco) pour financer sa formation.

« Alors que les organismes paritaires collecteurs agréés (Opca) abondaient précédemment les CPF, cette prise en charge a disparu avec l’arrivée des Opco », témoigne Sophie Jallabert, directrice de l’Académie Generali France.

Les salariés devront se tourner vers leur employeur, afin de coconstruire des projets de formation.

« Ce changement n’est pas sans impact sur le budget global formation de notre entreprise », observe un responsable de formation d’une compagnie d’assurance.

Les parcours individuels

La co-construction des parcours individuels de formation, les modalités ne sont pas encore clairement définies.

Plusieurs entreprises de l’assurance ont décidé de suspendre jusqu’en avril la mobilisation du CPF sur le temps de travail de leurs salariés, tant que l’appli ne permet pas les abondements de l’employeur.

Les règles d’utilisation du CPF devraient être inscrites dans un accord d’entreprise.

Source : argusdelassurance.com

    Leave Your Comment