Mutuelle santé : résilier à tout moment sans frais, c’est enfin possible

Pour résilier sans frais sa complémentaire santé à tout moment, il suffit que le contrat ait plus d’un an. Une mise en concurrence qui doit permettre de faire des économies, même si les assurances manquent encore de transparence.

A compter de ce 1er décembre, la loi adoptée en juillet 2019 concède de nouveaux droits aux assurés en santé. Selon le décret d’application publié le 24 novembre, il est désormais possible de résilier à tout moment, et sans frais, un contrat de complémentaire santé, dès lors qu’il a été souscrit il y a plus d’un an. Une réforme qui inquiète les assureurs et mutuelles car elle a vocation à remettre de la concurrence dans un secteur où les clients sont peu mobiles et les tarifs souvent opaques.

Le décret d’application stipule que peuvent ainsi résilier sans motif les particuliers, les personnes morales et les employeurs. Il précise que le délai d’un mois pour que la résiliation soit effective court dès le lendemain de la date figurant sur le courrier recommandé adressé à la complémentaire.

Une vraie révolution, plébiscitée par 94 % des Français et dont 47 % des assurés souhaitent profiter rapidement, selon une étude publiée ce mardi par le comparateur Le Lynx (étude menée du 6 au 10 novembre 2020 par CSA pour LeLynx.fr auprès de 1002 personnes représentatives de la population). Des assurés qui vont enfin pouvoir choisir en sachant où ils mettent les pieds puisque chaque complémentaire santé doit, depuis mai 2020, publier son taux de redistribution des cotisations.

Or, selon l’UFC-Que Choisir qui a sondé 24 organismes, ce taux est très variable. Les trois complémentaires les plus généreuses sont, dans l’ordre, ProBTP, Malakoff Humanis et MGEFI, qui, sur 100 € de cotisation perçue, reversent en remboursements entre 84,70 euros et 88,40 euros. Bien loin devant les derniers du tableau : Intériale, Smatis et MAAF, qui reversent moins de 70 euros, la différence tenant en frais de gestion et publicité.

Pas toujours facile de comparer les offres

« Ce taux de redistribution doit être fourni dès le devis, soit avant de signer le contrat, explique Mathieu Escot, directeur adjoint de l’action politique à l’Union fédérale des consommateurs. C’est un vrai outil d’aide au choix que certains acteurs ne fournissent toujours pas », dit-il. L’UFC met ainsi en demeure cinq organismes de publier ce taux.

Mais pour comparer, encore faut-il avoir toutes les cartes en main. Si des efforts ont été accomplis par les assureurs pour rendre leurs contrats comparables, certains misent encore sur l’opacité. Si les devis reçus par l’UFC s’accompagnent d’une documentation de 12 pages en moyenne, chez Smatis, l’information est diluée dans… 68 pages.

>>>>> N’hésitez pas effectuer plusieurs devis pour comparer les mutuelles santé

Source : leparisien.fr/economie/

    Leave Your Comment