Détecter les pièges avant de choisir une assurance chien

En France, cette pratique reste timide, avec environ 10 % seulement des animaux de compagnie assurés. Si ce choix est louable, il demeure essentiel de ne pas se précipiter sur la première offre alléchante. Faisons le point sur les pièges à éviter avant de choisir une assurance.

1 – Les conditions de souscription et de résiliation

Souscrire un nouveau contrat d’assurance pour son chien est généralement une chose facile, mais le résilier est rarement aussi simple. Certaines compagnies d’assurance imposent des closes très restrictives pour freiner la décision des propriétaires. D’ordre général, il est possible de résilier un contrat d’assurance dans les deux mois précédant la date anniversaire (qui peut correspondre à la date de signature du contrat ou au 31 décembre de l’année en cours). Néanmoins, il faut savoir que certaines compagnies imposent un délai d’engagement de 24 mois, ce qui empêche toute résiliation lors des deux premières années.

Certains assureurs imposent par ailleurs des frais en cas de résiliation, ou acceptent de mettre un terme à un contrat à tout moment en contrepartie de son règlement intégral, ce qui ne présente aucun avantage pour le propriétaire qui se doit de payer pour un service qui ne lui est plus rendu. Il est donc essentiel de vérifier ces points avant de s’engager, car ils peuvent s’avérer être de véritables pièges.Comparateur d’assurance chien, gratuit et sans engagement !

Par ailleurs, il convient de vérifier les points qui autorisent la compagnie d’assurance à mettre un terme à votre contrat d’assurance. Celles-ci sont libres d’établir les conditions de leur choix et peuvent résilier un contrat si un animal est souvent malade, si le montant des soins dépasse un certain montant, si le toutou atteint un certain âge, etc. Soyez vigilant pour éviter les mauvaises surprises.

2 – Le délai de carence

Le délai de carence est la période qui s’écoule entre la signature du contrat d’assurance pour chien et la prise d’effet de celui-ci. Au cours de ce délai, qui peut durer seulement quelques jours ou bien plusieurs mois, l’animal n’est pas couvert. En conséquence, toute demande de remboursement sera systématiquement refusée. Ce délai de carence est un moyen utilisé par les compagnies d’assurance pour se protéger des propriétaires d’animaux qui souscrivent un contrat pour un animal malade ou en vue d’un soin coûteux. Pendant ce délai, l’assureur peut mettre un terme au contrat dans le cas où le chien tomberait malade.

Le délai de carence peut donc être un véritable piège. S’il est légal et librement fixé par la compagnie d’assurance, il peut s’avérer problématique puisqu’il ne permet pas de couvrir la santé du chien avant un délai plus ou moins long. Soyez donc vigilant sur la durée de ce délai et sur les conditions qui s’y rattachent. Il serait regrettable d’attendre pour voir votre contrat être résilié sous prétexte que votre animal est tombé malade.

3 – Le montant du plafond annuel de remboursement

Toutes les formules d’assurance pour chien sont assorties d’un plafond annuel de remboursement. Il s’agit du montant maximal que votre assureur consentira à vous rembourser par an. Le montant de ce plafond évolue selon la formule choisie, sachant qu’il est généralement plus élevé dans le cadre des formules premium que des formules basiques.

En conséquence, une fois que vous aurez atteint le montant de ce plafond de remboursement au cours de l’année, toute nouvelle demande de remboursement sera systématiquement refusée, et ce même si votre chien est assuré à 100 % au moyen d’une formule haut de gamme. Il est impossible de contourner ce plafond, ce qui s’avère problématique pour les propriétaires de chiens qui doivent subir des soins très coûteux, notamment en chirurgie.

Soyez donc très vigilant quant au montant du plafond annuel de remboursement qui vous est proposé. Les formules les moins chères sont bien souvent peu avantageuses dans ce domaine.

4 – Les soins couverts et les garanties optionnelles

Tout propriétaire qui souscrit un contrat d’assurance pour son chien souhaite bénéficier de la meilleure prise en charge possible. Pourtant, même en souscrivant le plus coûteux des contrats avec une formule haut de gamme, vous ne disposerez pas d’une prise en charge de la totalité des soins. Soyez vigilant, car les compagnies d’assurance ont toute liberté pour établir des contrats et formules. D’une compagnie à l’autre, une même formule basique, confort ou premium ne couvrira pas forcément les mêmes soins.

Pour éviter de tomber dans les pièges classiques, comparez les soins couverts et les garanties optionnelles qui vous sont proposées. Vous éviterez ainsi de payer pour des soins dont votre chien n’aura jamais besoin et vous serez plus assuré de le couvrir pour ce qui le concerne véritablement. Mieux vaut parfois souscrire une formule moins couvrante, mais y ajouter des options qui correspondent à ses besoins ; cette solution est souvent la plus intéressante en termes financiers.

5 – Les situations d’exclusion

Chaque compagnie d’assurance propose ses propres offres. Si certaines prennent en charge des soins, d’autres ne les couvrent pas. De même, pour une même catégorie de soins, certaines ne remboursent pas tous les frais engagés. Par exemple, dans le cadre d’un accident, il se peut que les soins liés à une chute de balcon ne soient pas remboursés. Dans le cadre d’une maladie, beaucoup refusent de prendre en charge un animal si son état de santé dégradé aurait pu être évité par la vaccination. Vérifiez ces points pour éviter les mauvaises surprises.

Source: jardinage.lemonde.fr

    Leave Your Comment