Automobile : bientôt des aides à l’achat plus généreuses ?

Frappé lui aussi par la crise sanitaire, le marché automobile pourrait obtenir un coup de pouce du gouvernement. Les aides à l’achat de véhicules électriques et hybrides rechargeables, comme le bonus écologique, pourraient être renforcées. Bercy envisagerait aussi de baisser la TVA sur certains véhicules.. 

Comme d’autres activités économiques, l’industrie automobile française subit de plein fouet la crise sanitaire du coronavirus. Le gouvernement planche donc sur différentes mesures pour relancer le secteur, rapporte Le Parisien. L’objectif est notamment de doper les ventes en renforçant les dispositifs de la prime à la conversion et du bonus écologique.

Un bonus écologique de 6 000 euros 

Pour inciter les entreprises à changer leur flotte de véhicules, le montant du bonus écologique appliqué aux voitures électriques pourrait retrouver son ancienne valeur. Ce bonus qui était de 6 000 euros avant le 31 décembre 2019 est passé depuis à 3 000 euros. Il devait réduire de moitié chaque année pour disparaître totalement en 2022. Mais il pourrait donc être réactivé en totalité. 

Pour stimuler les achats des particuliers, le gouvernement pourrait aussi intégrer les véhicules hybrides rechargeables au bonus écologique. Actuellement, ce bonus est de 6 000 euros pour l’achat d’un véhicule 100 % électrique. Renault et le groupe PSA, qui commercialisent de tels modèles, attendraient cette mesure avec impatiences selon Le Parisien. Toutefois, le montant du bonus écologique pour ce type de véhicules devraient être moins élevé.

TVA réduite pour les véhicules moins polluant

La TVA est un autre levier que le gouvernement envisagerait d’actionner. Aujourd’hui fixée à 20 % pour tous les véhicules, elle pourrait être réduite pour les voitures hybrides rechargeables et 100 % électriques. Les voitures hybrides non rechargeables seraient exclus du dispositif.

Enfin, la prime à la conversion pourrait aussi être étendue. Elle ne s’applique aujourd’hui que dans le cadre du remplacement d’un véhicule ancien polluant. Elle pourrait à l’avenir concerner aussi l’achat de pièces détachées d’occasion permettant d’améliorer les performances écologiques du véhicules. 

Source: boursorama.com/patrimoine/actualites/